La lettre des décideurs économiques et financiers des hôpitaux

ÉDITORIAL-ÉVÈNEMENT

Dépenses de santé : la France trop raisonnable ?

Claude LE PEN

Les " Comptes Nationaux de la Santé " 2015 que vient de publier la DREES livrent une information qui, très curieusement, n'a pas reçu toute l'attention qu'elle mérite : l'année dernière les dépenses totales de santé en France, soit la bagatelle de 262 Mds€, se sont accrues moins vite que le PIB en valeur soit respectivement + 1,5% et + 1,9%. C'est totalement inédit et même historique. Il était courant d'enseigner en économie de la santé que l'élasticité revenu des dépenses de santé était de l'ordre de 2 : 1% de PIB en plus entrainait une croissance de 2% des dépenses de santé. Si cette t (...)


L’accès à la totalité de l’article est réservé aux abonnés.

Identifiez-vous

Abonnez-vous

 

Articles liés

La situation financière des hôpitaux et l'équilibre des comptes sociaux

Un plan d'économies triennal mis à mal par une faible inflation et une politique à marche forcée pour équilibrer les comptes sociaux rendent la situation financière des hôpitaux de plus en plus fragile en dépit d'un net ralentissement des investissements


Dans le pacte de stabilité 2014-2017, l'exécutif s'était engagé à réaliser un effort d'économies de 50 Md€ entre 2015 et 2017 et ramener le déficit budgétaire à moins de 3%.
Dans la présentation de ce plan, il est énoncé des vérités économiques peu contestables :
" Réduire le déficit public est la condition de la stabilisation pui (...)

Lire la suite

Identifier les journées d'hospitalisation potentiellement évitables pour réduire les DMS? C'est maintenant envisageable !

La maîtrise des durées de séjour est un des leviers importants d'amélioration de la performance des établissements hospitaliers. Les démarches de gestion des flux ont permis des progrès importants sur ce sujet mais restent centrées sur des processus indépendants du coeur de métier de l'hôpital, le soin. En s'appuyant sur les démarches d'Appropriateness Evaluation Protocol et sur le retour d'expérience des hôpitaux canadiens plusieurs Centres Hospitaliers et cliniques privées en France commencent à procéder à une évaluation en temps réel de la pertinence des admissions et des journées d'hospita (...)

Lire la suite

Donnons-nous rendez-vous dans 15 ansProposition d'une méthode de projection d'activité MCO raisonnée 2015-2030

L'association des bases PMSI avec les méthodes de l'INSEE et de la DRESS permet d'obtenir une projection raisonnée des besoins sanitaires à l'horizon 2030. Ainsi, est anticipé une augmentation de 14% de séjours sur la seule région d'Ile-de-France ; la catégorie " digestif " entraînant à elle seule, une demande supplémentaire de 166 000 hospitalisations soit un bon de 29%. Il est plus que temps d'ouvrir les yeux et de s'y préparer.



De quoi allons nous tomber malade demain ?
" Celui qui ne connaît pas l'histoire se condamne à la revivre." (Karl Marx)
 (...)

Lire la suite

Quel avenir pour le financement des hôpitaux ?

Deux éléments de tendance sont à l'oeuvre pour modifier profondément le financement de notre système de santé tout comme les conditions de prise en charge des patients. Le premier élément résulte de l'observation, qui nous indique que la part des dépenses de santé dans le PIB connaît une forte augmentation depuis une dizaine d'années. Cette part est ainsi passée de 10% à 12%, et la tendance ne semble pas devoir s'inverser à court terme, même si l'on pourrait s'interroger légitimement sur ses déterminants. Le second élément est notoirement connu, puisqu'il s'agit de la contrainte budgétaire pes (...)

Lire la suite

La loi de financement de la sécurité sociale 2012

Le PLFSS pour 2012 a été adopté le 29 novembre dernier, dans un contexte marqué par l'opposition de la nouvelle majorité sénatoriale et la crise aigue des finances publiques. Le gouvernement a fait voter un objectif d'évolution des dépenses maladie de 2,45% contre 2,8% dans le PLFSS initial 2012, lui-même en retrait par rapport aux PLFSS 2011 (2,9%) et 2010 (3%).


Le tableau d'équilibre par branche de l'ensemble des régimes obligatoires de base de la sécurité sociale fait apparaitre un déficit d'ensemble de 15,6 Mds € dont 5,8 Mds € pour la branche maladie contre 11,6 Mds ̈́ (...)

Lire la suite

Quel est l'objectif ?

Pour le directeur d'un établissement en déficit c'est le retour à l'équilibre. La T2A a entrainé, comme première réponse, l'augmentation des ressources par une augmentation de l'activité, la plupart des établissements ayant été très attentifs à la limitation de leurs dépenses. Sans discuter des augmentations " perverses " par " tronçonnage "  ou par substitutions d'activité externe vers l'hospitalisation, l'augmentation du nombre de séjours d'un établissement a deux origines : le transfert d'activité à partir d'un autre établissement ou des modifications de la maladie (augmentation de sa  (...)

Lire la suite

Newsletter de Finances Hospitalières

Inscrivez-vous et soyez informé de nos nouvelles parutions et de l'actualité de notre site