Imprimer

Dans le n° 86 - Décembre 2014

Par Dominique LEGOUGE

Directeur du Resah

Hôpital : les achats facteur essentiel de réduction des coûts


Les achats représentent 30% des dépenses d'exploitation des hôpitaux et le second poste de leurs budgets, soit plus de 24 milliards /an pour le seul secteur public (18 milliards € en exploitation et 6 milliards € en investissement). Ils contribuent largement, qu'il s'agisse d'acquisition d'équipements, de travaux, de services ou de consommables, au façonnage des processus de soins et de prise en charge des patients ainsi qu'à celui de l'environnement de travail du personnel.

L'hôpital de demain se construit, en effet, grâce aux achats qu'il réalise dans un certain nombre de domaines stratégiques comme ceux des systèmes d'information, des plateaux techniques, de la logistique, des infrastructures techniques ou des prestations d'accompagnement au changement qu'il s'agisse de formation ou de prestations de conseil.

Ces achats à forte valeur ajoutée ont bien évidemment un impact direct sur l'efficience et la productivité des équipes et sur les coûts globaux de fonctionnement qui va bien au-delà des 30% évoqués précédemment.

Le programme PHARE (Performance hospitalière pour des achats responsables), lancé en 2011 par la Direction Générale de l'Offre de Soins, ne s'y est pas trompé. Il a fixé pour les hôpitaux du secteur public un objectif de 1,4 milliards de gains sur achat pour la période 2015-2017.

Pour atteindre cet objectif, les établissements publics de santé doivent continuer à réorganiser en profondeur et de façon continue leur processus d'achat-approvisionnement. Il leur faut notamment pour cela poursuivre dans une perspective de réalisation de gains harmonieusement répartis sur le court, moyen et long terme :

La politique de mutualisation qui nécessite pour produire le maximum d'effets une standardisation toujours plus grande des produits et solutions achetés et des processus de consommation qui leur sont liés.

La professionnalisation de la fonction achat qui doit faire progressivement faire émerger des équipes capables d'assurer un véritable pilotage des processus d'acquisition selon une méthodologie rigoureuse visant à optimiser les choix, leur impact économique et le déploiement des projets. Quelles sont les possibilités du marché et les caractéristiques de l'offre industrielle ? Faut-il faire tout seul, faire-faire ou faire avec ? Quelles sont les répercussions économiques de ce scénario de choix par rapport aux autres ? Comment sécuriser et optimiser sur le plan contractuel nos collaborations avec nos fournisseurs ? Autant d'exemples de question auxquelles se doit de répondre un responsable des achats d'aujourd'hui.

La création des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) qui sont prévus dans le projet de loi de santé constitue une véritable opportunité pour accélérer la mutation en cours et l'histoire des achats hospitaliers.

C'est pourquoi, les établissements publics de santé, qui vont y être fortement incités, doivent se saisir de l'occasion qui leur est donné pour acquérir la taille critique nécessaire à la mise en place d'une vraie direction des achats disposant des moyens et de l'expertise nécessaire pour fédérer les acteurs d'un même territoire autour d'une politique d'achat commune.

L'enjeu est de taille. Il ne consistera pas, comme certains pourraient le penser dans un premier temps, de faire redescendre le niveau d'achat groupé aux seuls membres du GHT au détriment des centrales d'achat et des groupements de commandes qui se sont développés au niveau régional ou national.

Il s'agira essentiellement d'aller chercher de la création de valeur en amont et en aval des procédures de mise en concurrence, qui devront continuer à être gérées à un niveau d'agrégation d'achats beaucoup plus large.

Cela nécessitera, par exemple, d'avoir une forte capacité de dialogue avec les prescripteurs et les utilisateurs visant à leur faire accepter que l'expression de leurs besoins soit challengée par la direction des achats mais aussi une véritable aptitude à accompagner le changement dans le déploiement des projets et des contrats.

Cette période charnière ouvre de nouveaux défis passionnants pour les acheteurs hospitaliers : création de valeur en amont et en aval de la phase d'achat proprement dite, processus d'approvisionnement internes revus et optimisés, compétences des équipes concernées renforcées de façon continue.... La fonction achat a vocation à devenir un acteur incontournable de la réduction des coûts et plus globalement de la performance du système de santé pour les 20 prochaines années

 

 


Notes :


recevoir la newsletter

s'inscrire à la Newsletter