La lettre des décideurs économiques et financiers des hôpitaux

ÉDITORIAL-ÉVÈNEMENT

Innovation à l'hôpital : quelle organisation, quel financement ?

 

Jacqueline HUBERT

Directeur d'hôpital

Consultante stratégique santé

Notre système de santé sort très affaibli de plus de deux ans de crise Covid 19 ; épuisement des équipes, démotivation, démissions... Un nouveau souffle est nécessaire si on ne veut pas assister à son implosion, voire son apoptose, pour être dans un registre plus médical !

L'innovation est une des pistes qui peut redonner du sens à nos établissements hospitaliers.

L'innovation médicale en tout premier lieu, élément fondamental de la motivation des équipes médicales. Les sujets ne manquent pas : robotique, intelligence artificielle, jumeau numérique... Toutes ces avancées qui améliorent la prise en charge des patients sont évidemment le moteur du métier de médecin et il faut les prioriser.

D'autres innovations doivent aussi être prises en compte ; elles sont techniques avec de nouveaux outils plus pertinents et plus ergonomiques, des outils qui s'adaptent aux besoins des soignants et non auxquels les soignants doivent s'adapter : nouveaux outils de mobilité, dossier patients intuitif, outils de gestion des blocs opératoires..., mais elles sont aussi et surtout organisationnelles. De nouveaux usages apparaissent liés à de nouvelles techniques : téléconsultation, téléexpertise, télé radiologie, qui évitent les déplacements de personnels et aussi de malades. Le suivi de patients à distance via de nombreux devices qui permettent en particulier de mettre en valeur le métier d'infirmier de pratiques avancées. Enfin, on peut citer les innovations autour du développement durable, axe fort s'il en est, capable de redonner du sens : nouveaux matériaux, nouvelles pratiques.

L'innovation peut et doit être un axe majeur d'amélioration de la qualité de vie au travail de nos professionnels de santé, un axe qui peut faire la différence lorsque les ressources humaines se font rares.

Dès lors, la question qui inévitablement se pose, est celle du financement de cette innovation.

De fait, les financements de l'innovation n'ont jamais été aussi nombreux qu'aujourd'hui, sans vouloir être exhaustif, on peut citer :

Tout d'abord, le Ségur de la santé, fort de ses 2 milliards d'investissement dans le numérique, il permet aux établissements de santé de bénéficier de financements via le programme SUN-ES qui complète le programme HOP'EN, ainsi que le programme SONS qui finance l'équipement des établissements,

De nombreux appels d'offres permettent de financer des solutions innovantes : ceux de la BPI par exemple sous forme de prêts ou de subventions, ceux de Coalition Next née pendant la crise Covid et qui poursuit son action dans l'innovation en santé, soutenue par de nombreux partenaires publics et privés,

l'appel à projets « Tiers lieux d'expérimentation » qui prévoit sur 4 ans de financer à hauteur de 63 M€ des établissements qui s'engagent à tester de nouveaux services numériques en santé portés par des start-up,

Enfin il est possible, même si c'est encore modeste, pour les hôpitaux de participer au capital de start-up qu'ils ont aidé à faire naître. La valorisation future de ces entreprises naissantes peut être source de recettes ou de conditions d'utilisation privilégiées.

Pour favoriser l'accès à l'innovation dans les établissements de santé, il est aussi nécessaire que se crée au sein de chaque GHT, une direction de l'innovation. Cette nouvelle direction aurait deux fonctions : permettre d'une part aux industriels et aux start-ups d'avoir un point d'entrée pertinent et efficace dans les hôpitaux, d'autre part d'exercer une veille technologique et financière. Epaulée par un comité de sélection des innovations, elle retiendrait les solutions les plus pertinentes pour les établissements concernés et participerait ainsi à la transformation active des établissements de soins.


 

Newsletter de Finances Hospitalières

Inscrivez-vous et soyez informé de nos nouvelles parutions et de l'actualité de notre site