La lettre des décideurs économiques et financiers des hôpitaux

ÉDITORIAL-ÉVÈNEMENT

La performance financière des hôpitaux publics : la vérité est dans le particulier, pas dans le général

Gérard de DARAN

En osant plagier le général de Gaulle, on pourrait s'écrier «  bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant déficit ! déficit ! déficit !  » Car les établissements publics de santé continuent de générer «  solidairement  » du déficit. Ce déficit cumulé avait doublé en 2017 (avec un trou de 870 millions d'euros) au lieu de tripler, comme le redoutait alors la FHF qui l'annonce à près de 650 millions d'euros pour 2018.

Quelques communiqués de presse relevés encore ces dernières semaines exploitent avec complaisance cette vision sommaire et simplificatrice de la somme algébrique du résultat comptable des établissements de santé de l'hexagone : «  Pas de quartier, les hostos sont à l'os  », «  Les hôpitaux français plombés par la dette et les déficits  », «  Rien ne va plus dans les hôpitaux français, ils sont étranglés financièrement  » etc...

Peut-on se contenter de ce « résultat agrégé » adossé à un mastodonte virtuel « les hôpitaux français » ? 

Première simplification abusive souvent déplorée : si la seule Assistance publique-hôpitaux de Paris, et ses 39 hôpitaux franciliens termine probablement l'année comme en 2017 où le compteur affichait 199 millions d'euros de pertes, Paris n'est pas la France. L'année 2018 consacre ainsi une amélioration globale du résultat des CHU. Le déficit des 32 plus grands hôpitaux français a été réduit de moitié, et ne représente qu'un peu plus de 0,3% du budget total avec 14 CHU (44 %) affichant clairement un excédent en 2018. Mais, là encore, l'ensemble « les CHU » doit être dépassé pour construire un diagnostic utile, et les dynamiques différentes doivent être expertisées pour chacun des centres hospitaliers universitaires.

Dans des proportions équivalentes, des hôpitaux non-CHU se félicitent d'un résultat comptable 2018 équilibré ou même excédentaire comme les centres hospitaliers d'Arras, Blois, Valenciennes, Vichy, le CH de la Côte Basque, le CHD de Vendée, etc... Idem pour de plus petits hôpitaux, ou des établissements spécialisés comme le CHS de Sarreguemines.

Sans nier la détérioration de la situation financière d'un nombre croissant d'hôpitaux depuis la calamiteuse campagne budgétaire 2017, comment expliquer que, soumis au même système de financement, appliquant les mêmes tarifs, 4 établissements sur 10 résistent à la pression financière tellement décriée et restent équilibrés ou même excédentaires ; que si 60% des établissements sont effectivement déficitaires, la moitié de ce déficit cumulé est imputable peu ou prou à une quarantaine d'établissements ?

Alors, vous avez dit non-déficitaire ? Il semblerait utile de réaliser une typologie et une étude stratégique des facteurs qui l'expliquent et de s'interroger : d'abord le service rendu au patient de ces établissements « vertueux » est-il de moindre qualité ? et les effectifs au lit du malade sont-ils inférieurs ? Les dotations MIG, AC ou FIR sont-elles plus généreuses ? Il n'est pas certain que les réponses soient souvent positives. L'endettement est-il mieux maitrisé ? Enfin, un management à la hauteur des enjeux lié au pilotage financier d'un hôpital avec de plus hautes compétences a-t-il été effectif dans le passé ; Et perdure-t-il ?

Pour conclure, faut-il à nouveau plaider pour que la performance financière de chaque structure soit avant tout mesurée à l'aune de la capacité d'autofinancement et de la marge brute d'exploitation non aidée ? (Et donc de leur propre capacité à innover et à investir). Quant à l'horizon proche d'une réelle mutualisation des trésoreries au sein des GHT, cette solidarité financière doit aussi s'apprécier au regard des disparités de situation financière de chacun des établissements membres du GHT, hôpital par hôpital. Toujours le particulier.

 

Newsletter de Finances Hospitalières

Inscrivez-vous et soyez informé de nos nouvelles parutions et de l'actualité de notre site