La lettre des décideurs économiques et financiers des hôpitaux

ÉDITORIAL-ÉVÈNEMENT

Le monde de la santé ou la théorie de la tectonique des plaques

Bruno GALLET

Directeur des finances et du patrimoine de l'hôpital Paul Guiraud et
de Fondation Vallée

On ne peut que regarder d'un air amusé la fièvre réformatrice actuelle. La précipitation anime les gouvernants, qui souhaitent réformer vite, à coups d'ordonnance. Le secteur de la santé réagit lui à cette velléité de changement par de l'agitation, qui prend des formes différentes selon les secteurs (urgences, gériatrie, psychiatrie).

Au-delà de cette opposition entre pouvoirs publics et représentants du monde de la santé, on a l'impression que progressivement, ce dernier devient une nouvelle illustration de la théorie de la tectonique des plaques. En effet, cette partie de la géologie, qui étudie la nature et les causes des déformations des ensembles rocheux, conceptualise l'évolution de la planète. Les notions développées pour expliquer la tectonique des plaques pourraient être reprises afin d'expliquer la dynamique du monde de la santé. Le magnétisme terrestre induit des mouvements, qui engendrent trois types de frontières entre les plaques : les frontières divergentes, lorsque les plaques s'éloignent les unes des autres ; les frontières convergentes, quand les plaques entrent en collision ; les frontières transformantes, si les plaques glissent latéralement les unes contre les autres le long de failles.

Alors que les pouvoirs publics prônent le développement de parcours de soins, on voit les trois types de mouvements se produire au sein du monde de la santé. On constate tout d'abord des types de professionnels qui s'éloignent dans ce contexte difficile. La méfiance du public par rapport aux hôpitaux grandit. A l'inverse, les collisions sont maintenant fréquentes entre les professionnels des urgences, les directions des hôpitaux et les pouvoirs publics. La question de la prise en charge des soins non programmés devient explosive avec les déserts médicaux. De façon plus positive, les complémentarités entre le secteur sanitaire et le monde médico-social semblent se dessiner, laissant envisager des « frontières transformantes », à défaut de transformation du système de santé.

Plus profondément, on a l'impression que l'accumulation de réformes multiples obéissant à des analyses de problèmes non convergentes, aboutit à des changements contraires. Quelle est la vision de pouvoirs publics ? D'un côté, ils facilitent le recrutement de contractuels, dévitalisent les CAP, introduisent la rupture conventionnelle dans la fonction publique. De l'autre, ils modulent la tarification à l'activité, reprennent 10 milliards de la dette des hôpitaux, augmentent les tarifs des GHS. Nos gouvernants sont-ils libéraux, étatistes, dépensiers ou timorés ? Peut-être tout ça à la fois. Contrairement aux précédents gouvernements, qui avaient une orientation idéologique dans leurs réformes, on voit aujourd'hui le secteur de la santé réformé simultanément avec des textes porteurs de logiques différentes. On voit « en même temps » des « mouvements de plaques » avec des dynamiques contraires. C'est interrogeant sur ce qu'on appelle « le sens de la réforme ».

 

Newsletter de Finances Hospitalières

Inscrivez-vous et soyez informé de nos nouvelles parutions et de l'actualité de notre site